Le gouvernement canadien souhaite attirer davantage d’étudiants étrangers

Les étudiants internationaux représentent un intérêt économique non négligeable pour l’économie canadienne. D’après une étude réalisée par les autorités fédérales, les étudiants étrangers ont généré 15,5 milliards de dollars en 2016. Pour cette raison, l’administration canadienne veut renforcer la venue des étudiants internationaux.

Promotion du système éducatif canadien auprès des étudiants étrangers

Le système éducatif canadien ne cesse d’attirer les jeunes étrangers. Alors qu’en 2000, plus de 100 000 permis d’études ont été délivrés, ce chiffre a dépassé la barre des 500 000 en 2018. Afin de renforcer cette dynamique, le gouvernement fédéral a fixé un budget total de 148 millions de $, sur cinq ans, consacré à l’éducation internationale.

Pour définir la stratégie globale à adopter afin d’attirer en masse les étudiants étrangers, le gouvernement et les représentants des universités canadiennes se réunissent régulièrement afin de discuter des directions à prendre.

Promouvoir la diversité au sein des établissements d’études canadiens

Aujourd’hui, une grande partie des étudiants étrangers proviennent d’Inde et de Chine. Cependant, le Canada voit arriver de plus en plus d’étudiants provenant de pays à forte croissance, comme c’est le cas pour le Vietnam. De plus, il faut savoir que les autorités fédérales cherchent à aller encore plus loin en matière de diversité. L’accent va être mis en particulier sur les pays émergents ou sur des régions fortement représentées par les jeunes, c’est le cas par exemple de la Colombie ou de certains pays d’Afrique.

Mais l’aspect économique n’est pas le seul élément à prendre en compte, en effet, d’après, Jim Carr, le ministre du Commerce international, les étudiants internationaux contribuent au rayonnement du Canada à l’international. D’après lui, “ils font l’expérience des bonnes institutions canadiennes” et agissent comme “des véritables ambassadeurs du Canada” lorsqu’ils rentrent dans leurs pays d’origine. En outre, ce dispositif permet également d’attirer des jeunes talents sur le territoire canadien suite aux études supérieures. Il est d’ailleurs fréquent que ces derniers s’installent durablement au Canada et contribuent ainsi au développement de l’économie nationale.  

Études au Canada : demander un permis d’études

Si vous aussi, vous êtes tenté de partir étudier à l’étranger, le pays de l’Érable est peut-être fait pour vous. Toutefois, pour vos études universitaires, il vous faudra au préalable obtenir un permis d’études, et ce, quel que soit établissement d’études (université Laval, université de Sherbrooke, université d’Ottawa, Hec Montréal, etc.). Le permis d’études est un document délivré par IRCC (Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada).

Avant de faire la demande de votre permis d’études, assurez-vous de respecter les critères d’éligibilité à ce document pour étudier au Canada. À ce titre, le futur étudiant doit :

  • avoir obtenu une admission au sein d’un établissement d’enseignement basé au Canada et être en possession d’une lettre d’acceptation ;    
  • prouver qu’il dispose d’une capacité d’autofinancement suffisante pour subvenir à ses besoins pendant sa première année d’études (logement, frais de scolarité, etc.) ;
  • avoir un casier judiciaire vierge ;
  • être en bonne santé.

Pour faire une demande d’un permis d’études, il suffit de remplir un formulaire en ligne ou version papier. Pour cette dernière option, le formulaire devra être transmis au bureau de traitement des visas, situé à l’ambassade du Canada ou au consulat général.